PAROI ALTAR

ALTAR architecture développe un système unique de construction passive très économique, et en matériaux écologiques

La sensibilité pour la construction écologique (avec des matériaux d’origine naturelle) a commencé par une passion pour le bois il y a une dizaine d’années, et plus précisément l’ossature bois. L’aspect énergétique de la conception intervient avant tout avec les données bioclimatiques du terrain et de son environnement. Ensuite vient la conception du volume et de l’enveloppe et seulement après, vient la question des apports énergétiques alternatifs (solaires, géothermiques…).

Notre recherche dans le domaine de la construction se base sur une « nouvelle composition » de matériaux existants pour créer une nouvelle paroi pour murs, planchers et toits. Cette paroi a pour but de lier la dimension écologique des matériaux, le développement rationnel des techniques de construction (standardisation, simplicité, rapidité et efficacité), l’économie d’énergie et d’arriver à des projets originaux, flexibles et abordables à tous financièrement (Maison passive finie à partir de 1350 euros/m2 TVAC).

 

 

 

PAROI ALTAR

La paille est l\'isolant écologique par excellence.

Voir "La paille, un vrai matériau d\'isolation de vos constructions" sur le site de la Région Wallone.

energie.wallonie.be/fr/la-paille-un-vrai-materiau-d-isolation-de-vos-constructions.html

Elle est disponible sous forme de ballots compresses par une presse agricole. Il existe d’ailleurs une vaste documentation sur ce sujet. Le Vademecum 2011 de la Plateforme Maison Passive prévoit que « lorsque le flux de chaleur est perpendiculaire à la fibre de la tige de paille, on admettra une valeur de 0,052 W/m.K (…) et ce uniquement si on respecte les conditions énoncées dans l\'annexe 10. » Il s’agit en fait d’un Agrément général de contrôle des constructions émanant de I’Institut Allemand pour les Techniques de Construction.

Nos recherches constructives se basent sur une « nouvelle composition » de matériaux existants pour créer des parois pour murs, planchers et toits. Cette nouvelle paroi associe la dimension écologique des matériaux, le développement rationnel des techniques de construction (standardisation, simplicité, rapidité et efficacité) et l’économie d’énergie (standard passif) pour arriver a des projets originaux, flexibles et financièrement abordables pour tous. Notre objectif est d’utiliser des matériaux produits localement comme le bois et la paille la où ils existent, permettant ainsi à des entreprises et artisans de se développer.

Cette paroi assure les fonctions de murs extérieurs, planchers extérieurs et toits. Elle se compose d’une ossature en bois (type CLS) dans laquelle sont insérés des ballots de paille presses de manière qu’ils remplissent tout le volume entre les montants de l’ossature.

A priori rien de nouveau. Nous trouvons ce type d’assemblage en Autriche, mais c’est souvent sous une forme souvent plus complexe, avec par exemple des ossatures doubles ou avec un système de poutre en I. Des le départ, notre souhait a été au contraire de simplifier le mode d’assemblage entre la structure en bois et l’isolation en ballots de paille. C’est pourquoi nous avons dessine une ossature simple en bois massif et avons renverse la logique : au lieu d’adapter l’ossature a l’épaisseur du ballot, c\'est ici le ballot de paille qui s\'adapte a l\'ossature.

Du cote extérieur, un panneau isolant respirant en fibre de bois est fixe a l’ossature et sert de support a divers parements (enduit pigmenté, bardage, etc.). Du cote intérieur est place un panneau en OSB servant non seulement de support a diverses finitions (plaques, enduits, bois, etc.) mais agissant aussi comme contreventement, freine vapeur et étanchéité a l’air.

La mise en oeuvre est simple, rationnelle et rapide. L’ensemble ossature/paille/panneaux est préfabriqué en atelier a l’abri dans un environnement techniquement adapte a l’assemblage. Le montage des parois sur chantier est réalisé avec une grue. La simplicité du détail permet au système d’être quasi identique pour les murs, le toit et les planchers, ce qui conduit à une simplification dimensionnelle importante. Cet effort de standardisation garantit au cadre une dimension modulaire constante.

Ce système a été mis à l’épreuve à l’occasion du chantier d’une maison unifamiliale à Moxhe. Il s’agit de la première maison préfabriquée en ossature bois remplie de paille en Belgique, construite en 2009. Quelques restrictions sont rapidement apparues : lors de la mise en oeuvre et durant tout le chantier, les parois doivent être totalement protéges de l’humidité en cas d’averse. Nous avons trouve des solutions simples et rapides pour palier cette contrainte. Nous nous sommes également rendu compte que la technique qui interrompt les murs pour porter les planchers est très contraignante notamment quand il faut mettre en oeuvre l’étanchéité a l’air et les raccord extérieurs. Nous nous sommes donc orientes vers des mur continus : technique du balloon frame.

Nous avons par contre vérifie que les avantages de ces parois sont nombreux. Elles présentent un excellent indice de conductance thermique, avec U= 0,15 W/m2K. L’enveloppe extérieure isolante en fibre de bois assure l’absence de pont thermique et permet des raccords simples et des batées isolantes adaptées aux châssis passifs.

Du point de vue écologique, ces matériaux naturels et renouvelables parlent d’eux-mêmes. Ils sont inoffensifs pour l’environnement. L’enveloppe est naturellement ouverte à la diffusion de vapeur et règle l’humidité, avec une valeur de perméance dégressive depuis l’intérieur vers l’extérieur assurant un climat ambiant sain et agréable et un confort optimal. L’écobilan de leur production est très positif.

L’économie de l’opération nous parait également intéressante. La paroi est très bon marche en matériaux et en mise en oeuvre. Nous comptons environ 600 ballots par maison (pour un prix htva de 1,5 a 2 euros le ballot). Les chutes sont limitées grâce à une modulation adaptée à l’emploi de matériaux de grands formats. Le bois massif ne compte au final que pour moins de 10% dans la composition des cloisons.

D’autre part, la préfabrication permet une mise en oeuvre rationnelle et rapide, simple et pratique. Tout peut être assemblé en atelier a l’abri des intempéries, a l’exception des finitions extérieures et intérieures et de la couverture. Le cadre, au module de dimension constante, est adapte en jouant sur la longueur et la hauteur. Les sections de bois ont des entre-axes toujours égaux. Les matériaux sont faciles a manipuler et a travailler, les bois de l’ossature étant rabotes et la fixation des panneaux de grand format (étant eux-mêmes déjà adaptes aux dimensions des parois) réalisée en atelier.

Cette paroi permet ici une facilité de mise en oeuvre qui rend accessibles des projets avec une ambition plastique. Les finitions sont aisées aussi bien à l’extérieur qu’a l’intérieur et les angles sont parfaitement droits. Quand une ossature traditionnelle en 38/140 est structurellement limitée a 2 niveaux sous toiture, les sections permettent ici de construire jusqu’à 5 niveaux sous toiture. Le panneautage intérieur est suffisamment résistant pour visser des cadres ou des armoires. A l’exception de la paille, tous les matériaux qui composent cette paroi sont garantis par des agréments techniques de construction. La filière « paille » s\'inscrit dans une démarche visant à les obtenir.

Du point de vue de la protection incendie, on peut appliquer une plaque de finition a base de gypse armée de fibres de papier fixée a l’OSB. Aucun conduit électrique n’est prévu dans les cloisons extérieures. Pour des problèmes d’étanchéité à l’air et de transfert de vapeur, on placera les prises électriques soit dans les cloisons intérieures, soit au sol ou exceptionnellement dans un contre-lattage en paroi extérieure. Nous obtenons également une très bonne isolation phonique contre les nuisances extérieures, grâce à l’association des panneaux de fibres de bois et de la paille.


< 1